Actualités
17 mai 2018

Parole de lauréate : Corinne Lapras, exemple de persévérance

© Photo : France Active

Lauréate dans la catégorie Femme Communicante des Trophées des Femmes de l’économie Auvergne-Rhône-Alpes 2012, Corinne Lapras, Fondatrice de Corpoé, nous parle de son expérience de lauréate.

Quelle est l’histoire de votre entreprise ?

J’ai créé Corpoé en 2006, après un parcours de 20 ans comme cadre dirigeant en entreprises, sur des missions riches et variées (business développement, développement des ressources humaines, développement stratégique, croissance externe, communication corporate…). Je travaillais alors dans un groupe international, je gagnais très bien ma vie, mais je voulais produire plus de sens et gérer moins de ‘’politique’’. J’avais très envie de vivre l’expérience de l’indépendance, en créant une entreprise qui me ressemble, où je me sente utile, à partir d’une feuille banche.

Les premières années ont été très difficiles, car  la crise d’octobre 2008 a stoppé net nombre de projets chez les clients ; d’autant plus difficiles que mon mari s’est lancé lui aussi dans une création d’entreprise ex nihilo en 2008.

L’activité de Corpoé aujourd’hui n’a rien à voir avec ce que j’imaginais  au démarrage. C’est en écoutant mes clients que j’ai pivoté, comme on dit : aujourd’hui, Corpoé est une agence conseil spécialisée dans l’ingénierie et l’animation de dispositifs collaboratifs (workshops, hackathons, démarches participatives etc).  La communication fait partie intégrante des dispositifs, pour mobiliser l’ensemble des parties prenantes.

J’ai constitué un écosystème de partenaires et je forme des équipes ad hoc, en fonction des projets.  Ce que je retire de mes 12 années d’entrepreneure : la création d’entreprise est une épreuve de vérité, qui révèle nos talents et nos limites, donne confiance, apporte des émotions fortes, la joie comme le doute, nous emmène vers l’inconnu. Elle demande un mélange d’insouciance, d’obstination, de résilience, d’agilité. Et ne peut se faire sans les réseaux : réseau de partenaires techniques, réseau d’alliés, réseau de pairs….

Pour quelles raisons avez-vous choisi de candidater aux Trophées « Les Femmes de l’économie » ?

J’avais reçu un premier prix en 2009, sans n’avoir candidaté à rien, sur l’initiative de l’un de mes clients  C’était dans une année très difficile. Et cette mise en lumière a été bénéfique, pour moi comme pour l’entreprise.
J’ai donc décidé de candidater aux Trophées « Les Femmes de l’économie », pour la qualité du concours, ses partenaires, la reconnaissance qu’il amène.

Quels souvenirs gardez-vous de la cérémonie où vous avez été élue lauréate ?

Une cérémonie sympathique et chaleureuse, dans un beau cadre. Des échanges enrichissants, une vraie bienveillance. Pour moi, beaucoup de stress avant la remise : allais-je être primée, qu’allais-je dire ?!
Mon Trophée est en bonne place dans mon bureau.

Qu’est-ce que ce Trophée vous a apporté dans votre vie professionnelle / personnelle ?

A titre personnel : me sentir moins seule, me donner confiance,  saluer les efforts réalisés, encourager à poursuivre…  On est repérée. On se sent appartenir à une communauté qui comprend ce que nous vivons.

A titre professionnel : la mise en lumière est un grand plus pour l’entreprise. J’ai mis le Trophée dans ma signature de mail, ça donne une sorte de ‘label’. On n’a plus à prouver que l’on est une bonne professionnelle.  Les clients ne viennent pas tous seuls pour autant. Il faut bien entendu continuer de prospecter et faire les meilleures propositions pour gagner des marchés.  Mais l’on est identifiée comme faisant partie des x femmes reconnues par les acteurs économiques du territoire.  

Ça ouvre aussi son réseau : j’ai fait connaissance avec d’autres femmes d’autres univers, des acteurs économiques du territoire, et cela m’a amenée à m’engager dans des projets en faveur de la visibilité des femmes. Il y a un avant et un après les Trophées, c’est très clair.

Quels sont aujourd’hui vos projets d’avenir ?

J’ai aujourd’hui pour projet de :

  • Développer l’expertise de Corpoé dans les dispositifs collaboratifs et plus généralement, les nouveaux modèles de travail autour de l’intelligence collective.
  • Intégrer plus de solutions numériques dans ces dispositifs / innover
  • Franchir un seuil de CA
  • Rassembler un pool de compétences dans ce domaine.

Quels conseils souhaiteriez-vous adresser aux femmes qui souhaitent se porter candidates à l’édition 2018 des Trophées ?

Prendre le temps de remplir votre dossier de candidature : c’est un excellent exercice d’introspection et de confiance en soi. Échanger autour de vous est important afin de tester vos arguments. Vous pouvez également solliciter les conseils d’anciennes lauréates. Et enfin, il faut oser croire en soi, oser être sur le devant de la scène, car ça vaut le coup !

Une musique qui vous donne la pêche ?

Happy de Pharrel Williams ou des tambours africains.

L’essentiel dans le sac à main d’une femme de l’économie ?

Un carnet de notes, un vieux téléphone, une carte Vélov, un stick à lèvres, de l’Efferalgan vitamine C, des Tictac…

Une personnalité qui vous inspire ?

Les grands découvreurs, les gens ordinaires qui font des choses extraordinaires, les femmes agissantes, les gens engagés pour les autres….

Une œuvre d’art qui vous a marqué ?

Des œuvres qui racontent l’histoire des hommes : peintures rupestres, théâtres romains,  le blues…

Une citation à nous partager ?

« Le succès n’est jamais total, l’échec n’est jamais complet. Il n’y a que le courage qui compte. »