Actualités
11 juillet 2017

RETOUR SUR LA CONFÉRENCE « REGARDS CROISÉS SUR LE SPORT & L’ECONOMIE »

Retour sur la conférence « Regards croisés sur le Sport & l’Economie »

Elise Paquet, Membre du Directoire de la Caisse d’Epargne Loire-Centre et Marraine des Trophées Centre-Val de Loire, Emmeline Ndongue, Ancienne joueuse de basketball professionnelle et Emilie Tardif, Animatrice TV, Chef d’édition et Journaliste pour TVT Val de Loire lors de la conférence des Trophées Les Femmes de l’économie Centre-Val de Loire 2017.

Le 6 juillet dernier s’est tenue la 3ème édition des Trophées Les Femmes de l’économie Centre-Val de Loire à l’hôtel des Pagodes du ZooParc de Beauval.

Dans le cadre de cet événement, s’est tenue la conférence « Regards croisés sur le Sport & l’Economie ». Le débat, animé par Emilie Tardif, Animatrice TV, Chef d’édition et Journaliste pour TVT Val de Loire, a été enrichi par les interventions d’Elise Paquet, Membre du Directoire de la Caisse d’Epargne Loire-Centre et Marraine des Trophées Centre-Val de Loire, et Emmeline Ndongue, Ancienne joueuse de basketball professionnelle.

Dès les prémisses de cette conférence, Elise Paquet souligne la forte implication des entreprises dans le sport. En prenant l’exemple de la Caisse d’Epargne Loire-Centre, elle décrit les différents partenariats qui ont pu être mis en place, notamment avec diverses équipes de sports collectifs. La Caisse d’Epargne est aujourd’hui présente dans tous les départements de la région pour soutenir les athlètes. Mais quel peut être l’intérêt de l’entreprise à financer ces clubs ? Pour Elise Paquet, il s’agit de la notoriété qu’apporte cette discipline. En effet, « le sport en France a une très belle image notamment les sports collectifs », dit-elle.

Quant aux athlètes, l’intérêt d’un partenariat est également de taille. Au-delà d’une force, il s’agit d’un besoin, nécessaire pour pratiquer leur sport dans de bonnes conditions. Enfin, Emmeline Ndongue ainsi qu’Elise Paquet énoncent un autre intérêt à allier ces deux univers : le partage des mêmes valeurs.

Néanmoins, cet engouement de la part des entreprises au domaine sportif reste assez récent en France. Elise Paquet soulève l’opposition entre ces deux univers, présente dans les siècles derniers ; le sport n’était réservé qu’à une catégorie de personnes qui n’avaient pas besoin de travailler, s’opposant de surcroit à l’entreprise. Pourtant, ces deux mondes diamétralement détachés historiquement et culturellement, se lient depuis une dizaine d’années, de plus en plus. En effet, les entreprises ont compris l’alliance qui pouvait y avoir entre performance, productivité, et bien être des salariés, procurés par le sport. « Il y a des corrélations, de la transmission à faire, aussi bien de l’athlète vers l’entreprise que de l’entreprise vers l’athlète » ajoute Emmeline Ndongue.

C’est d’ailleurs dans ce cadre-là que la Caisse d’Epargne Loire-Centre a mis en place des actions pour favoriser le développement d’initiatives individuelles, telles que la participation au financement de licences sportives, celle aux indemnités kilométriques du vélo ou encore la création d’un réseau social d’entreprise pour tous les salariés.

Mais finalement, quelles en sont les valeurs partagées ? Notre sportive souligne dans un premier temps celle de l’entraide. Il s’agit en équipe, d’aller chercher une victoire, d’atteindre les objectifs fixés en début de saison ou dans le cahier des charges. De là, découlent également les notions de productivité, performance et du dépassement de soi, qui sont au cœur du sport comme de l’entreprise.

Enfin, une autre notion présente dans ces deux univers est à soulever ; celle de reconversion.  Dans une carrière, notamment sportive, nous pouvons être amenés à changer de voie. Ce fut le cas pour notre joueuse de basketball, qui a entrepris en 2014 une reconversion dans les médias en tant que consultante. Ce fut alors pour elle un changement radical dans sa vie. Changement très souvent vécu par de nombreux salariés. Notre animatrice Emilie Tardif souligne d’ailleurs la reconversion comme « véritable point commun entre le monde de l’entreprise et celui du sport ».

Cependant, une reconversion ne signifie pas forcément de quitter le secteur dans lequel nous étions implantés. Emmeline Ndongue le prouve par sa nouvelle carrière de consultante mais également en tant qu’Ambassadrice Education au sein du comité pour la candidature de Paris 2024 aux Jeux Olympiques. A travers ce rôle, elle souhaite que « les valeurs de l’olympisme servent à quelque chose, servent à la population pour laisser un héritage fort ». En somme, le sport n’aurait pas seulement des valeurs communes à l’entreprise, il serait également voulu comme transmetteur d’histoire et de culture.

Retrouvez ici la conférence « Regards croisés sur le Sport & l’Economie » des Trophées Les Femmes de l’économie Centre-Val de Loire 2017.