Actualités
22 septembre 2016

Areeba Rehman : l’entrepreneuse qui cartonne

Cette année, le G20 des Jeunes Entrepreneurs a réuni les délégations du monde entier à Pékin. 3 jours de débat destinés à réfléchir ensemble et proposer des recommandations pour inventer l’économie de demain. Areeba Rehman, fondatrice de la start-up Fretbay faisait partie de la délégation française. Zoom sur cette entrepreneuse de choc.

Areeba Rehman, fondatrice de la start-up Fretbay, au G20 des entrepreneurs 2016 à Pékin

Pour Areeba, l’aventure entrepreneuriale a découlé d’une expérience personnelle. Alors enseignante d’anglais en région Centre-Val de Loire, la jeune femme doit se rapprocher de Paris pour raisons professionnelles.

Afin d’alléger son déménagement, elle décide de vendre quelques meubles sur internet… sans succès. « Je me suis rendue compte que le coût exorbitant des frais de transports, bien plus élevé que le prix de mes meubles, dissuadait mes potentiels acheteurs», nous confie Areeba.

A la même période, elle prend connaissance d’une étude ministérielle dressant un constat absurde : 25% des camions de transport rouleraient vides, et 50% à moitié vides !

Areeba fait alors le pari fou de digitaliser le secteur du transport et du déménagement, en connectant les transporteurs et les expéditeurs via une plateforme collaborative, baptisée Fretbay.

« Optimiser l’espace inutilisé, en mutualisant les demandes de transport ou de déménagement permet aux utilisateurs de réaliser des économies, et évite aux transporteurs un lourd manque à gagner », affirme Areeba.

La jeune entrepreneuse va relever un gros challenge : s’imposer en tant que femme dans un milieu majoritairement masculin et conservateur, en essuyant parfois quelques blagues machistes.

Mais Areeba fait partie de cette génération de jeunes femmes audacieuses qui n’a pas froid aux yeux. Fille d’entrepreneur, la jeune femme a toujours eu la fibre entrepreneuriale en elle et l’esprit très créatif, tout en gardant les pieds sur terre.

« Selon moi, la valeur essentielle pour réussir dans l’entrepreneuriat est le sens des responsabilités, un chef d’entreprise doit avant tout penser à ses collaborateurs et prendre les bonnes décisions, même si ça ne plaît pas à tout le monde », nous révèle Areeba.

Les coulisses du G20 au féminin

Délégation féminine française au G20 des entrepreneurs à Pékin en 2016

Cette année, 32 jeunes dirigeants ont composé la délégation française du G20 des entrepreneurs. Dans ses rangs, on pouvait compter 10 femmes à la tête d’entreprises innovantes :

Areeba Rehman, fondatrice de FretBay

Philippine Dolbeau, 17 ans, fondatrice de NewSchool

Béatrice Eastham, fondatrice de Green Evenements

Claire Jolimont, co-fondatrice de PingFlow

Caroline Lamaud, co-fondatrice d’Anaxago

Emilie Legoff, co-fondatrice de Gel Groupe

Caroline Lisfranc, fondatrice de CL Premium

Lindsey Nefesh-Clarke, fondatrice de W4 Women’s Worldwide Web

Arbia Smiti, fondatrice de Carnet de Mode

Anne-Cécile Worms, fondatrice d’Art2m

« Ce fût une expérience très enrichissante, tant sur le plan humain que professionnel. Il était très intéressant de confronter le niveau de maturité des délégations, de réfléchir tous ensemble sur les problématiques entrepreneuriales, mais également de faire du business avec les acteurs locaux », nous confie Areeba.

La jeune entrepreneuse a également eu l’opportunité de participer aux Breakout sessions, organisées dans le cadre du G20 des entrepreneurs. L’occasion de pitcher son entreprise en se frottant aux entrepreneurs du monde entier, de se démarquer et prouver son audace.

Areeba Rehman, fondatrice de la start-up Fretbay, au G20 des entrepreneurs 2016 à Pékin

« Je suis fière d’avoir représenté la France. En toute modestie, nous avons porté de très beaux projets digitaux lors de ce sommet. »

La question de l’entrepreneuriat au féminin a aujourd’hui toute sa place au G20 des entrepreneurs, et Areeba encourage vivement les femmes à participer à ce sommet international : « c’est une belle visibilité pour votre entreprise, une expérience ponctuée de partages et d’échanges, l’occasion de nouer des relations et de réseauter à l’international. »

Parmi les 10 recommandations portées par la délégation française, destinées à favoriser la culture entrepreneuriales et l’innovation, Areeba est particulièrement attachée à cette dernière :

L’acquisition des compétences entrepreneuriales par l’éducation, à travers l’enseignement à l’entrepreneuriat obligatoire pour tous les élèves dans le cadre de leur scolarité primaire et secondaire.

« Il est important d’intégrer la culture du speech dès les premières années de l’enseignement, apprendre la prise de parole en public dès le plus jeune âge. Le système d’éducation doit encourager davantage le travail en équipe, la création d’entreprise et le leadership. » conclut-elle.


A LIRE EGALEMENT : 400 ENTREPRENEURS DU MONDE, UNE CAUSE COMMUNE : L’ENTREPRENEURIAT !