Actualités
13 novembre 2018

Les inégalités femmes-hommes commencent dans la cour de récréation

D’après une étude réalisée par Unicef France à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement, l’inégalité des sexes s’installe dès le plus jeune âge, avec des filles victimes de discriminations à l’école comme sur internet.

LA COUR DE RECRÉATION : UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE AUX GARÇONS

La place occupée par les filles et les garçons dans cet espace est très significatif : ils sont au centre, elles sont sur le côté.

Perçu aussi bien par les un.e.s que par les autres, ce problème de cohabitation démarre dès l’école primaire et se poursuit au collège, où les jeux des garçons sont systématiquement priorisés.

L’amitié fille/garçon pose également problème : les filles ne sont que 69,4% à affirmer qu’elles ont au moins un ami garçon et les garçons ne sont que 65,4% à affirmer qu’ils ont au moins une amie fille.

HARCÈLEMENT : DU RÉEL AU VIRTUEL

Que ce soit dans l’espace public, dans les transports en commun ou sur internet, les filles sont deux fois plus harcelées que les garçons. Selon l’enquête : une fille sur 10 déclare avoir subi une forme d’insulte ou de harcèlement dans l’espace public. Sans surprise, ces dernières subissent davantage de discriminations liées à leur tenue vestimentaire.

LA PERCEPTION DES INÉGALITÉS DÈS L’ENFANCE

« C’est au moment de la préadolescence que se constitue ce sentiment d’inégalité de droits entre les garçons et les filles, sentiment qui augmente à l’adolescence. A cet âge, les filles sont nombreuses à faire l’expérience du harcèlement et prennent conscience qu’elles doivent se protéger en restreignant même leur liberté de mouvement » affirment les auteurs de l’enquête.

Les filles sont en effet 45 % à considérer qu’elles ont moins de droits que les garçons. Cette perception se renforce pour atteindre 65 % à l’âge de 17 ans.