En cette période de post-confinement, nous continuons à aller prendre des nouvelles de nos anciennes lauréates. Cette semaine, direction Grenoble chez Claire Hatem (Lauréate Femme chef d’entreprise Auvergne-Rhône-Alpes 2018) Présidente d’AFFI Mobile, spécialiste dans l’affichage publicitaires sur véhicules.

Comment avez-vous géré l’arrivée du confinement ?

Cette histoire a réellement commencé le 9 mars 2020, quand l’équipe (mes 6 collaborateurs) a décidé de ne plus se faire la bise pour se dire bonjour. Introduction de taille à un film de science-fiction dont nous n’aurions jamais pensé être les acteurs !

Et le 16 mars est arrivé : la décision de mettre en place le télétravail a été prise à l’unanimité. En parallèle à cette décision, les annulations de campagnes publicitaires sont arrivées, scellant les jours à venir à zéro entrée de chiffre d’affaires.

Puis, le confinement a commencé. Mon mari en télétravail, mon fils en télé-école et moi en veille auprès de l’équipe et de nos partenaires (et surtout, en guerre avec les banques pour obtenir le fameux PGE !)

D’un point de vue plus personnel, comment vivez-vous cette période ?

La vie familiale s’est bien organisée. Nous avons la chance d’avoir un fils qui n’a pas de difficultés majeures à l’école et qui a donc pu être autonome la plupart du temps. Durant les vacances, c’était un peu plus compliqué pour l’occuper sans le mettre devant un écran, mais nous nous en sommes sortis !

Mon activité ne peut pas s’adapter à la situation de crise que nous vivons. J’ai essayé de trouver des solutions pour faire des livraisons avec les camions qui ne servent plus à rien pour l’instant, mais ça n’a pas été fructueux.

Après avoir passé un mois très compliqué avec les banques pour obtenir le PGE, j’ai passé du temps à faire de la veille, à communiquer avec mon équipe et nos partenaires. J’ai abreuvé ma curiosité et ma soif de connaissance en participant à des webinars.

Personnellement, tout cela n’a pas été simple. Entre le souci pour l’entreprise et ceux qui y travaillent, la tension avec les banques et la vie familiale, je me rends compte depuis quelques jours seulement, que je me suis largement oubliée dans cette période. Le sommeil n’était pas au rendez-vous non plus !

Avez-vous des conseils à partager pour aborder sereinement cette période de déconfinement ?

La difficulté majeure de cette période est l’inconnu. Et l’Homme n’aime pas l’inconnu.

Ce que j’essaie d’appliquer durant cette période de déconfinement est le lâcher-prise et l’écoute, la patience. Personne n’est en mesure de savoir ce qu’il va vraiment se passer. Il y a bien sûr les mesures sanitaires et les précautions pratiques. Mais au niveau de la reprise de l’économie, c’est le mystère pour tout le monde.

Je crois qu’il faut avoir confiance en nous. Aussi, le respect de chacun doit être le maître-mot, avec la solidarité.

Back