fbpx

En cette période de post-confinement, nous continuons à aller prendre des nouvelles de nos anciennes lauréates. Cette semaine, direction Strasbourg chez Amandine Aubert (Lauréate nationale Femme chef d’entreprise 2019), Présidente d’EcoGreenEnergy, entreprise spécialisée dans la revalorisation des déchets énergétiques rejetés par les industries.

Comment avez-vous géré l’arrivée du confinement ?

Dans les faits, tout est allé très vite, personne n’était prêt à un tel défi ! Nos chantiers ont été mis à l’arrêt brutalement. Heureusement, notre infrastructure informatique nous a permis de déployer le VPN et d’assurer l’accès aux données et aux outils informatiques, de manière sécurisée et stable à l’ensemble de nos collaborateurs.

Ce ralentissement nous a permis de prendre du recul sur notre organisation. Il a été propice à la réflexion stratégique et au déploiement d’une organisation capable d’absorber la croissance future, avec la mise en place de KPI pour assurer le suivi de notre performance collective et individuelle à notre retour.

Cette crise nous conforte également dans notre business model basé sur la revalorisation des déchets énergétiques des industriels. Nous devons changer nos comportements industriels pour les rendre plus durables ! Notre équipe est encore plus motivée à accompagner nos clients vers la création de cette énergie verte dont quasiment tous les industriels disposent.  

D’un point de vue plus personnel, comment vivez-vous cette période ?

Je vis cette période comme une chance d’être obligée de ralentir. Je travaille sur mon Être pour être prête au défi de la reprise et du nouveau palier de croissance qui nous attend en toute sérénité et avec confiance. Nos collaborateurs vont avoir besoin de managers sereins à leur côté. Je m’offre du temps avec ma fille, une séance de sport tous les 2 jours et mes horaires sont beaucoup plus flexibles, j’en sors grandie intérieurement.    

Avez-vous des conseils à partager pour aborder sereinement cette période de déconfinement qui vient de démarrer ?

Des masques en tissu fabriqués localement, du gel hydroalcoolique, la mise en place des gestes barrières et une véritable joie de se retrouver pour continuer à œuvrer, animés par nos valeurs pour changer les comportements des industriels en termes de consommations énergétiques.

Sortons grandis de cette expérience incroyable et tirons-en les changements à mettre en œuvre sans tarder.

Back