Impact économique désastreux, réinvention du quotidien et craintes pour l’avenir. C’est ce qui ressort en substance de l’enquête menée en période de confinement auprès de 291 femmes actives de notre communauté.

Les conséquences économiques du Covid-19

C’est un constat qui ne fait aucun doute. Les femmes entrepreneures ont été durement impactées par les conséquences économiques du Covid-19. Selon les résultats de notre enquête, 22% d’entre elles ont été contraintes de cesser toute activité en raison de la crise sanitaire.

46% estiment la perte de leur chiffre d’affaires à plus de 40% (dont 16% affirmant une perte de 100%).

Néanmoins, seulement 20% d’entre elles comptent revoir leurs effectifs à la baisse suite à la crise du Covid-19.

Les aides mises en place par le gouvernement ont été d’un grand secours puisque 45% des femmes sondées y ont eu recours. Parmi les aides sollicitées, on retrouve notamment le fonds de solidarité, le dispositif de Prêt Garanti par l’État ou encore le report des charges fiscales et sociales.

Un confinement propice à l’introspection ou à la charge mentale ?

D’un point de vue plus personnel, un peu plus d’une femme sur deux (51,7%) considère que le confinement a été d’une certaine manière bénéfique.

En effet, ces dernières ont choisi de mettre à profit ce temps propice à la réflexion pour réinventer le modèle de leur entreprise, prendre du recul et réfléchir à l’utilité de leur métier, ou tout simplement expérimenter le télétravail et constater une diminution de leur stress et de leur fatigue.

70% des femmes sondées ont profité du confinement pour se former en suivant des webinars, des MOOCS, ou encore des conférences en ligne.

Parmi les soft skills qu’elles ont cherché le plus à développer, on retrouve en tête la gestion du stress (31%), suivie de la créativité (30%) et en troisième position le sens de l’organisation (28%).

Du côté des réseaux, les femmes ne sont pas en reste puisque 62% d’entre elles appartiennent à un réseau professionnel. 66% estiment d’ailleurs que cela leur est d’une réelle utilité en cette période de crise.

Pour une grande majorité (77%), les femmes sont actives sur les réseaux sociaux, notamment sur LinkedIn (77%), suivi de Facebook (70%) et Instagram de moindre mesure (35%).

D’ailleurs, 54% d’entre elles ont évalué leur productivité égale, voire supérieure à la normale durant le confinement.

Du côté de la structure du foyer, 71% des femmes sondées sont confinées en famille, dont 40% avec conjoint et enfant(s), ce qui peut fortement influer sur l’organisation du quotidien.

Même si un peu plus d’une femme sur deux (57%) estime avoir trouvé un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, 72% d’entre elles estiment que leur charge mentale est égale ou supérieure à la normale.

Malgré tout, 63% des sondées affirment plutôt bien vivre cette période personnellement.

Craintes et incertitudes concernant l’avenir

Mêmes si les craintes sont nombreuses vis-à-vis des prochaines semaines (seconde vague d’épidémie, reconfinement, chômage, dépôt de bilan, effondrement économique, perte des libertés individuelles, misère…)

63% des sondées étaient favorables au déconfinement le 11 mai dernier. Elles étaient en revanche un peu moins nombreuses à souhaiter la réouverture des écoles (58%).

En ce qui concerne la période estivale, les femmes ne comptent pas sacrifier leurs vacances puisque 70% prévoient de prendre des congés cet été, et sans en réduire la durée pour la majorité (58%).

La communication à distance avec les équipes ayant été fluide pour une grande majorité (70%) 57% des sondées sont aujourd’hui convaincues au sujet de la mise en place du télétravail dans leur entreprise (en dehors des 25% pour qui le télétravail était déjà la norme avant la crise).

Elles sont en revanche moins optimistes sur le plan de l’entraide et de la solidarité. En effet, 72% des femmes estiment que les initiatives qui ont émergé entre les professions durant la crise ne vont pas perdurer, ou seulement un temps.

Cette enquête nous présente donc un bilan des plus mitigés, voire alarmant, d’autant plus que pour plus d’un tiers des sondées, la place des femmes dans l’économie va être profondément impactée suite à la crise du Covid-19.

Back