fbpx

Partenaire historique des Trophées Femmes de l’économie, la Caisse d’Epargne soutient activement l’entrepreneuriat féminin depuis des années. C’est tout naturellement que dans le cadre de cette nouvelle édition digitale des Femmes de l’économie, la Caisse d’Epargne soutient le Trophée Femme Chef d’Entreprise Prometteuse, dédié aux entrepreneures qui ont lancé leur structure il y a moins de 3 ans. Découvrez ci-dessous l’interview de Patricia Dubois, Directrice adjointe Middle Office sur les Marchés Professionnels et Associations au sein de la Caisse d’Epargne.

D’où vient l’engagement de la Caisse d’Epargne en faveur de l’entrepreneuriat féminin et comment a-t-il évolué au fil des années ?

La Caisse d’Epargne a toujours accompagné les femmes entrepreneures. Dans toutes les régions, la Caisse d’Epargne se mobilise auprès des dirigeantes de TPE, PME, ETI et celles de l’ESS, quel que soit le secteur d’activité.

Elle s’est aussi illustrée en comptant parmi les premières banques à s’engager spécifiquement en faveur de l’indépendance économique des femmes. A titre d’exemple, il y a 20 ans, je travaillais sur le marché des entreprises et j’ai eu l’occasion d’accompagner une jeune créatrice de start-up, qui à l’époque rencontrait des difficultés car personne n’avait envie de la recevoir. Aujourd’hui, son entreprise est cotée en Bourse et elle réalise 30 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Cet engagement auprès des femmes n’a fait que s’intensifier au fil des années et aujourd’hui, la Caisse d’Epargne communique largement sur la promotion de l’entrepreneuriat au féminin.

Au-delà de valoriser leurs initiatives, la Caisse d’Epargne s’est aussi fixée l’objectif d’augmenter significativement la proportion des femmes entrepreneures en France. Comment y parvenir ?

Fin 2017, la Caisse d’Epargne a signé avec l’Etat un second accord-cadre afin d’encourager l’entrepreneuriat des femmes, pour la période 2018-2020.

Pour parvenir à l’objectif visé de 40 % de femmes entrepreneures en France, l’un des axes stratégiques mis en place a consisté à proposer 1 000 « prêts décollages pro » à des créatrices d’entreprise. Nous avons aussi développé « Néo Business », un dispositif dédié pour l’accompagnement et le financement des start-ups.

Nous soutenons aussi des acteurs reconnus sur l’entrepreneuriat féminin, tels que Force Femmes, Les Premières, La Ruche, le Mouves, les Femmes Business Angels et bien sûr les Trophées des Femmes de l’économie, que nous accompagnons depuis leur création.

Aussi, il est important de souligner que la mixité est une réelle priorité pour la Caisse d’Epargne, tant vis-à-vis de ses clients que vis-à-vis de ses collaborateurs.

Quels conseils pourriez-vous apporter aux entrepreneures qui rencontrent des difficultés au regard de la crise que nous traversons actuellement ?

Se faire conseiller par des experts est le leitmotiv à adopter. Il ne faut pas hésiter à échanger avec son banquier/sa banquière et ne pas rester isolé face à ses difficultés.

En matière de solutions, la Caisse d’Epargne a mis en place dès le printemps dernier la possibilité de reporter de 6 mois les échéances de prêt afin de soulager les entrepreneurs. Il y a également le PGE, auquel il ne faut pas hésiter à recourir. Par les temps qui courent, c’est une aide significative, d’autant plus pour les secteurs d’activité excessivement touchés par la crise.

La période est compliquée mais elle peut malgré tout être propice pour les femmes qui ont envie d’entreprendre, dès lors qu’elles présentent un dossier de financement bien monté.

La Caisse d’Epargne continue d’accorder des prêts malgré la crise. Notre rôle consiste plus que jamais à accompagner celles (et ceux) qui le souhaitent, tout en les sensibilisant à la vigilance dans ce contexte complexe et peu propice à la projection. Nous agissons chaque jour pour être utiles à toutes et à tous et notamment aux femmes entrepreneures en France.

Back

11 thoughts on “3 questions à Patricia Dubois – La Caisse d’Epargne

Comments are closed.