fbpx

Femme Innovation Sociale

Après avoir sillonné la France durant plus de 10 ans pour mettre en lumière et récompenser des parcours féminins d’exception, les Trophées des Femmes de l’économie organisent cette nouvelle édition 2020 au format digital, à travers 4 événements online mettant chacun en lumière une catégorie de prix.

Le second live, dédié au Trophée Femme Innovation Sociale, s’est tenu jeudi 15 octobre en début de soirée. Dans le cadre de ce prix, 6 talents féminins retenus par le Jury parmi plus de 50 dossiers de candidature, étaient en lice.

À l’issue de l’événement, 3 lauréates ont été révélées, et une 4ème personnalité a reçu le Prix des réseaux par les internautes, qui ont voté en direct lors de l’émission pour repêcher l’une des 3 finalistes.

Cet événement était soutenu par Harmonie Mutuelle, partenaire historique des Femmes de l’économie.

L'ÉVÉNEMENT EN REPLAY

Les 3 lauréates Femme Innovation Sociale

Wiame Benyachou - PDG de L'Atelier Remuménage


Région : Nouvelle-Aquitaine Après un double cursus Finance et Gestion des entreprises et Economie Sociale et Solidaire, Wiame s’est retrouvée à la tête de l’Atelier Remuménage, un acteur phare de l’ESS engagé en faveur de la transition écologique, l'accès à la mobilité résidentielle et l'emploi durable en Nouvelle-Aquitaine. Chaque année, plus de 1000 déménagements sont réalisés à camion biogaz ou à vélo cargo. Proposant une tarification modulée en fonction des ressources et du quotient familial, l’Atelier Remuménage permet à 60% de sa clientèle vivant avec les minimas sociaux de pouvoir bénéficier de ses offres de services. La vocation de l’association bordelaise est double, puisqu’elle a également une mission d’insertion professionnelle : « nous accompagnons 47 personnes éloignées de l'emploi dans leurs parcours socioprofessionnels, et ce jusqu'à une situation pérenne. Le taux de sortie positive est de 66%. » explique Wiame, qui a lancé fin 2019 une Entreprise d’Insertion, reconnue ESUS, afin d’aller encore plus loin dans la création d’emplois solidaire et durable.

Inès Mesmar - Fondatrice de La Fabrique nomade


Région : Île-de-France Issue d'un double parcours en ethnologie et urbanisme, Inès a d’abord travaillé en tant que chargée d’études en France et à l'étranger, avant de s’orienter dans le domaine de la formation professionnelle pour adultes. En 2016, elle décide de mettre ses compétences au service de la cause des réfugiés en créant la Fabrique nomade, une association qui agit en faveur de l’insertion professionnelle d’artisans d’arts réfugiés et migrants. La Fabrique nomade propose un dispositif de formation certifiant, visant à répondre aux enjeux d’inclusion sociale par l’insertion professionnelle. La structure permet à des professionnels des métiers d’art migrants et réfugiés expérimentés, de poursuivre l’exercice de leur métier d’origine en valorisant leurs compétences et en adaptant leur savoir-faire au marché français. La Fabrique nomade se décline aussi en un atelier de fabrication, où sont produites des collections d'objets d'art et de design, ainsi que des prestations de fabrication sur mesure. Des cours d'artisanat animés par les artisans réfugiés sont également proposés au grand public, mais aussi aux entreprises lors de séminaires et team building.

Julie Meunier - Fondatrice de Les Franjynes


Région : Provence-Alpes-Côte d'Azur Julie se définit comme une entrepreneuse à impact sociale, solidaire et environnementale. En 2016, elle a lancé Les Franjynes, une marque proposant une alternative innovante à la perruque pour les personnes atteintes d'alopécie due à des traitements anti-cancéreux, mais aussi d’une pelade universelle ou d’un accident de la vie. Totalement pris en charge par la Sécurité sociale, les modèles produits par Les Franjynes se composent de fausses franges en cheveux synthétiques haut de gamme, accompagnées de turbans à nouer autour du crâne et/ou de bonnets doublés. Pour renforcer la référence à cette communauté de "soeurs de combats", qui apporte un réel soutien tout au long de la maladie, Julie propose à travers Les Franjynes des ateliers appelés "la tête dans les nouages". Organisés au sein d’hôpitaux et d’associations, ces ateliers bénévoles permettent d’apprendre aux patientes à nouer des turbans sur leur têtes de 7 façons différentes. "Même sans cheveux, on peut se coiffer différemment tous les jours en retrouvant, en nouant, la sensation thérapeutique de se coiffer et de prendre soin de son image et sa féminité." explique-t-elle. A ce jour, Les Franjynes aident 2500 femmes et petites filles par an.

Le Prix des Réseaux

Fabienne Haustant - Fondatrice de Danse les yeux fermés


Région : Île-de-France C’est en 2012 que Fabienne fonde l’association Danse les yeux fermés, qui propose des ateliers de danse ouverts et accessibles, tant aux personnes valides qu'à toute personne étant en situation de handicap. Sur des exercices d'improvisation chorégraphiques, les participants font l’expérience de danser les yeux bandés. « Danser avec un bandeau multiplie les sensations de libération et de légèreté et permet également de découvrir de nouvelles émotions. » explique Fabienne. « Rien à voir avec une démarche thérapeutique, il s’agit seulement d’un moyen pour se retrouver en harmonie avec soi-même et retrouver par la même occasion l'estime de soi et la confiance en soi. » Grâce à l’existence de son association, Fabienne souhaite briser les idées reçues et les préjugés sur le handicap. Elle veut également prouver à toute personne, porteuse ou non de handicap, qu’il est possible de mener à bien ses rêves et aller au-delà de ses propres limites.

Les finalistes

PARTENAIRE PREMIUM : HARMONIE MUTUELLE