Actualités
30 octobre 2013

L’accès des femmes au comité exécutif est toujours bien compliqué

Pour accéder notamment au comité exécutif, les femmes doivent prendre en main leur carrière, révèle une récente étude du cabinet Deloitte.

Le cabinet d’audit et de conseil Deloitte vient de réaliser une étude sur l’accès des femmes au comité exécutif des entreprises. L’analyse porte sur un questionnaire administré entre juillet et septembre 2013, auprès de six sociétés internationales, françaises et américaines, soit un panel de 303 cadres supérieurs, proches du comité exécutif

Cette étude s’intéresse notamment aux parcours qui les ont conduits à la position qu’ils occupent actuellement mais aussi à la vision qu’ils ont de la gestion des compétences par le comité exécutif. L’enquête s’intéresse notamment aux femmes et à la parité. Typiquement, ces dernières ont en moyenne moins de 25 ans d’ancienneté au sein de leur entreprise, ont souvent changé de poste, et travaillent dans le cœur de métier de l’entreprise.

Des femmes proactives

Bien qu’elles doivent être autonomes afin de faire évoluer leur carrière, les femmes peuvent s’appuyer sur les processus de gestion des compétences mis en place par les entreprises. Un processus bien existant au sein de ces dernières. Comme en témoigne les 94% de personnes interrogées affirmant avoir connaissance de l’existence d’un tel processus de gestion des talents. L’ensemble des membres du comité exécutif participe à ce processus. Il existe également un processus de développement du leadership, et 84% des cadres interrogés disent avoir déjà participé à un tel programme.

Mais, pour développer leurs carrières, les cadres s’appuient surtout sur leurs propres initiatives. Ainsi, les trois-quarts des sondés affirment avoir postulé pour un nouveau poste au cours des cinq dernières années. Les personnes interrogées ont changé entre 3 et 6 fois de poste au sein de leur entreprise, changement souvent synonyme de promotion et d’évolution vers le comité exécutif. Enfin, la moitié des sondés précise ne pas avoir de manager dédié à la prise en charge du développement de leur carrière.

Des progrès possibles en matière de diversité

Seulement 31% des sondés pensent que les critères de diversité au sein du comité exécutif existent, et sont mis en pratique. 10% ignorent la proportion de femmes au sein du CE, et ces dernières préfèrent s’appuyer sur leurs propres initiatives ou sur les réseaux de femmes au sein leur entreprise, à défaut de mesures fortes et innovantes. Cependant « la proportion moyenne de femmes dans les comités exécutifs des répondants est supérieure aux statistiques de la commission européenne », note Claire Deguerry. Les quotas quant à eux sont très peu utilisés. Il y a donc encore à faire pour favoriser la présence des femmes au sein du Comité Exécutif et assurer davantage de diversité au sein de la direction.