Actualités
17 octobre 2016

Valérie Decamp, marraine nationale 2015 des Femmes de l’économie, prend la direction de MetroBus

Valérie Decamp, interviewée par Widoobiz pour les Femmes de l'économie

Valérie Decamp, interviewée par Widoobiz pour les Femmes de l’économie

La fondatrice du quotidien gratuit « Metro France » a été nommée le 1er octobre dernier, Directrice générale de la régie publicitaire MetroBus. Cette dernière, dont Publicis et JCDecaux détiennent respectivement 67% et 33% du capital, dispose de 125 000 emplacements publicitaires dans les transports en commun (métros, bus, tramways) des réseaux SNCF/RIFF ou encore RATP.

Valérie Decamp arrive avec de nouveaux objectifs : continuer la digitalisation de MetroBus et conquérir de nouveaux marchés. C’est un véritable challenge pour la régie publicitaire qui était encore l’année dernière, au cœur de négociations dans le cadre du projet de rachat total par le leader de l’affichage urbain, JCDecaux.

La marraine des Trophées « Les Femmes de l’économie » édition 2015 a prouvé tout au long de sa carrière qu’elle avait les épaules pour assumer de grandes responsabilités.

Après une formation HEC Management, elle intègre en 1998 la Direction stratégique de NRJ Régies avant de lancer quatre ans plus tard, « Métro France », premier journal d’information gratuit à parution quotidienne.

En 2008, elle en quitte la direction pour celle du Groupe La Tribune.  Deux ans plus tard, elle est nommée Présidente Directrice Générale.

Valérie Decamp, à la Finale Nationale des Territoires des Trophées « Les Femmes de l’économie » 2015, à l’Assemblée Nationale – © Gaétan Haugeard

Valérie Decamp, à la Finale Nationale des Territoires des Trophées « Les Femmes de l’économie » 2015, à l’Assemblée Nationale – © Gaétan Haugeard

Riche de ces expériences, la marraine nationale des Trophées « Les femmes de l’économie » 2015 endosse depuis 2013 la fonction de Vice-Présidente de Média Transports, filiale de MetroBus.

Pour Valérie Decamp, la stratégie de MetroBus passera par « la consolidation et le développement ». Il faudra d’une part, sécuriser les budgets de la SNCF et de la RATP, dont les contrats publicitaires seront remis en compétition dès 2019. Ils représentent aujourd’hui 50% du chiffre d’affaires de MetroBus, soient 150 millions d’euros. D’autre part, MetroBus s’étendra sur davantage de territoires : la régie va bientôt s’imposer à Lyon et à Bordeaux. MetroBus, qui possède déjà 1600 écrans digitaux, continuera son développement numérique.

Notre marraine nationale 2015 respecte d’ailleurs ses propres conseils, en briguant ce poste de direction de MetroBus, puisqu’elle recommandait aux candidates des Trophées « Les Femmes de l’économie » d’ « oser prendre des risques et de mettre ses peurs de côtés ».