Actualités
24 octobre 2016

Retour sur la conférence « L’incontournable au féminin : regards croisés sur l’économie culturelle »

Nathalie Milion, Catherine Trautmann et Michèle Larchez lors de la conférence des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand Est 2016 – © Accent Visuel Jean HAEUSSER

Nathalie Milion, Catherine Trautmann et Michèle Larchez lors de la conférence des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand Est 2016 – © Accent Visuel Jean HAEUSSER

Nathalie Milion, Catherine Trautmann et Michèle Larchez lors de la conférence des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand  Est 2016 – ©  Accent Visuel Jean HAEUSSER

 

C’est dans le cadre prestigieux de la Villa Quai Sturm de Strasbourg que s’est déroulée la 3ème édition des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand Est.

A cette occasion, Catherine Trautmann, Vice-présidente de Strasbourg Eurométropole et Michèle Larchez, Administratrice de l’AMELEC au Musée EDF Electropolis nous ont fait l’honneur d’intervenir lors de la conférence. Intitulée « L’incontournable au féminin : regards croisés sur l’économie culturelle », celle-ci était animée par Nathalie Milion, Journaliste de Radio France.

La culture est un élément essentiel car « nous vivons, nous réfléchissons, nous pensons et nous parlons » selon Catherine Trautmann. L’élue strasbourgeoise a directement souligné les différents aspects de la culture en tant qu’élément du pacte républicain (valeurs, normes, coutumes) et mis en avant la richesse du patrimoine français.

Madame Trautmann a ensuite évoqué son expérience en tant que Ministre de la Culture et de la Communication sous le gouvernement de Lionel Jospin, en rappelant que la culture appartenait à tous et qu’il était important de la financer.

En effet, elle a déclaré : « La culture n’est pas supplément d’âme mais un véritable facteur de l’économie ». Michèle Larchez a complété son discours en dénonçant la précarisation des métiers de la culture, notamment pour les médiateurs culturels alors qu’ils sont diplômés d’un doctorat. On trouve d’ailleurs beaucoup de femmes dans ce domaine, sauf aux postes-clés. Cela semble paradoxal quand on sait que « les femmes ont les compétences techniques qui font bouger les choses ».  Celles-ci ne revendiquent pas ou pas assez les postes de direction dans la culture, or les industries culturelles seraient « cinq fois plus embêtées » sans présence féminine selon Michèle Larchez.

Conférence des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand Est 2016 – © Accent Visuel Jean HAEUSSER

Conférence des Trophées « Les Femmes de l’économie » Grand Est 2016 – © Accent Visuel Jean HAEUSSER

Lutter contre les inégalités, défendre les droits des femmes, c’est ce qui a poussé Catherine Trautmann à entrer dans la vie politique. L’ancienne Ministre de la Culture n’a pas hésité à donner des anecdotes personnelles pour interpeller l’audience sur les combats que doivent mener les femmes pour se faire une place dans un milieu professionnel majoritairement masculin. « C’est important de le dire publiquement et d’en faire prendre conscience » a-t-elle déclaré.

L’idéal pour les intervenantes serait qu’il y ait davantage de mixité dans les « entreprises culturelles » qui doivent faire face à des changements structurels liés à la révolution numérique.

La culture est donc un « matériau à travailler » selon l’Administratrice de l’AMELEC puisqu’il y a eu une explosion des pratiques culturelles. Pour cela, elle encourage les femmes à prendre part à un réseau, affirmant que « toute seule, on ne peut rien ».

La conférence s’est terminée sur quelques recommandations des deux intervenantes qui conseillaient de « Ne rien lâcher, de continuer avec ferveur » ou encore « de « Croire en soi et de persévérer ».

Visionnez ici la conférence sur « L’incontournable au féminin : regards croisés sur l’économie culturelle » des Trophées Les Femmes de l’économie Grand Est 2016.