Actualités
24 janvier 2017

Sabrina Boucherit : « Devenir lauréate des Trophées Femmes de l’économie m’a permis d’être reconnue dans mon domaine : le numérique. »

Rézoé Sabrina Boucherit

Autodidacte passionnée par l’entrepreneuriat, Sabrina Boucherit est la fondatrice de Rézoé, l’incontournable plateforme web rassemblant et soutenant les femmes entrepreneures. Lauréate d’argent Femme Chef d’Entreprise Prometteuse lors de la précédente édition des Trophées « Les Femmes de l’économie » dans le Grand Est, elle revient sur son parcours et sa consécration.

 

  • Pouvez-vous nous retracer l’histoire de Rézoé ?

Après avoir travaillé pendant plusieurs années pour le groupe « Viadom Bien-être », j’ai décidé de proposer mes propres protocoles de soins aux influences orientales. Ayant bien conscience que les métiers du bien-être étaient en plein développement, j’ai voulu accompagner d’autres femmes en reconversion professionnelle.

J’ai commencé à participer à plusieurs soirées d’entrepreneurs dans ma région et en Île-de-France, sans vraiment trouver le réseau qui correspondait à mes attentes. Au bout d’un an, j’ai décidé de créer une page Facebook baptisée « Les femmes entrepreneures de Strasbourg ».

Très rapidement, cette page a connu beaucoup de succès auprès des alsaciennes mais aussi auprès des femmes entrepreneures d’autres régions. J’y relayais des informations sur l’entrepreneuriat au féminin grâce à des veilles. Le bouche à oreille a parfaitement fonctionné.

J’ai alors contacté un expert en réseau, Rodolphe Mathus, Fondateur de Eleate Consult, que j’avais rencontré lors d’une soirée networking. C’est lui qui m’a conseillée et accompagnée, ainsi que la coopérative Antigone, où Rézoé est aujourd’hui hébergée.

 

  • Vous avez été élue lauréate d’argent du prix « Femme Chef d’Entreprise Prometteuse » lors de la précédente édition des Trophées Grand Est, quels souvenirs gardez-vous de la cérémonie ?

Un très bon souvenir. J’ai reçu de nombreux messages de félicitations, mes réseaux sociaux se sont affolés ! Cela m’a fait beaucoup de bien et donné encore plus de force, un coup de boost pour continuer à me dépasser, me faire violence et « faire mon chemin ».

Ce prix a changé ma vie. Devenir lauréate des Trophées « Les femmes de l’économie » m’a permis d’être reconnue dans mon domaine : le numérique.  Cela m’a ouvert toutes les portes qui étaient closes depuis des années et surtout, mon travail, mes efforts et les sacrifices que j’avais fait depuis tout ce temps, ont été récompensés.

Rézoé n’est pas une entreprise comme les autres. C’est un concept innovant, qui dépasse les codes traditionnels.

Après ma consécration, j’ai lancé une campagne de presse qui a eu plusieurs retombées : les journalistes, blogueurs, influenceurs, institutions, se sont intéressés de plus près à Rézoé. Cela m’a permis d’agrandir la communauté Rézoé et de concrétiser de nouveaux partenariats.

Depuis, j’ai développé un programme d’accompagnement à la création d’entreprise pour les femmes.

J’ai aussi lancé un programme d’accompagnement de nos ambassadrices de région, en partenariat avec Objectif Reconversion.

Nous avons également lancé « RéZOé ZEN Entreprise » qui propose aux entreprises des prestations de bien-être (massage assis, sophrologie, coaching, ateliers beauté) prodiguées par nos membres.

 

  • Quels conseils pourriez-vous adresser aux femmes qui souhaitent se porter candidate aux Trophées « Les Femmes de l’économie » en 2017 ?

Se faire accompagner est à mon sens indispensable pour avoir un maximum de retombées presse et business. Je pense qu’il est aujourd’hui plus que jamais INDISPENSABLE d’avoir un compte Twitter actif et de maîtriser sa communication. Rendre son travail visible sur la toile permet de créer de nouvelles opportunités. N’oublions pas que l’influence est éphémère : il faut impérativement avoir une bonne stratégie et ne pas hésiter à s’offrir du conseil, c’est ce que j’ai fait.

 

  • Pour vous les Femmes de l’économie en 3 hashtags c’est… ?

#Audace #Entreprendre #Economie