Actualités
24 octobre 2013

Frédérique Destailleur, une banquière de caractère

Frédérique Destailleur est la marraine de la 2ème cérémonie des Femmes de l’économie Bretagne. Portrait de cette femme de conviction, membre du directoire de la Caisse d’Epargne Bretagne Pays de Loire.

PACE_020 -®ymla44

Frédérique Destailleur est ce que l’on appelle une femme d’action. La preuve : « Ce que j’ai préféré jusqu’à présent dans ma carrière professionnelle, c’est la grande fusion, en 2008, entre les Caisses d’Epargne Bretagne et Pays de Loire. Ça a été une opération stressante, mais également extrêmement passionnante étant donné les enjeux. Même si je reconnais qu’après deux ans de travail sur le sujet, j’ai été heureuse de passer à une phase de gestion de projets plus ‘calmes’ », se rappelle-t-elle aujourd’hui.

« Un investissement conséquent et une énergie importante »

Elle en tire d’ailleurs un bilan très positif. « Cette fusion a été une réussite, avec très peu de tension sociale, des impacts commerciaux et financiers positifs », ajoute-t-elle. Une dynamique qui lui a permis de bien évoluer, et d’occuper plusieurs postes à responsabilités : responsable du recrutement, DRH… Entrée comme stagiaire dans la banque, début 1990, Frédérique Destailleur est ainsi, aujourd’hui, membre du directoire de la Caisse d’Epargne Bretagne Pays de Loire, la quatrième entité du groupe bancaire en termes d’effectifs, avec 3000 salariés. Elle a la charge du pôle Ressources et Services bancaires depuis 2005, soit plus de 330 personnes en hiérarchie directe. Elle pilote dans ce cadre la DRH, la Direction des services bancaires et celle des moyens généraux.

« La mixité est une véritable richesse »

Pour parvenir à remplir toutes ces fonctions, Frédérique Destailleur met en avant des qualités relativement variées. « Cela demande notamment un investissement conséquent et une énergie importante. Il faut aussi un certain charisme, un esprit de conviction et une vision de ce que vous voulez faire. Se projeter permet de mieux préparer les salariés aux évolutions. Il y a donc une importante partie de conviction et de vision, au-delà des qualités classiques de gestionnaire », détaille la dirigeante.

Frédérique Destailleur rejette par contre tous les clichés sexistes et autres stéréotypes. « Car, ce qui est important, c’est d’avoir des équipes mixtes. Je souhaite et demande avant tout de la diversité, de genre mais aussi sur d’autres éléments comme la diversité générationnelle. Cette diversité est une véritable richesse ! », affirme-t-elle.