Actualités
15 octobre 2019

Infographie : les femmes entrepreneures à travers l’Europe

A l’occasion de la Journée des Femmes Entrepreneures le 1er octobre dernier, la Caisse d’Epargne a révélé les résultats d’une grande enquête menée avec le CREDOC, auprès de 2500 entrepreneures à travers la France, l’Italie, la Suède, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Découvrons les points clés à retenir.

Entreprendre est épanouissant et rend la grande majorité des Françaises heureuses. Pour 81% d’entre elles, entreprendre correspond à un choix et l’exercice d’une liberté.

Même si elles doutent particulièrement au démarrage (41% déclarent avoir confiance en elles contre 50% en Suède, Allemagne ou Italie) les entrepreneures françaises sont séduites par l’idée de ne plus avoir à subir une hiérarchie et de prendre leur destin professionnel en main. (39%)

Licenciement, mobilité… le déclic pour entreprendre se traduit très souvent par une contrainte professionnelle chez les Françaises. (tandis que c’est plus souvent un évènement lié à la vie personnelle chez les Italiennes).

La rencontre avec une personne inspirante (autre entrepreneur, mentor, rôle modèle) peut également favoriser le passage à l’acte.

30 % des entrepreneures ont fait le choix de reprendre une affaire déjà existante. Pour seulement 7% d’entre elles, la reprise s’inscrivait dans le cadre d’une transmission familiale.

Cette culture de la reprise d’entreprise est nettement moins marquée dans les autres pays européens, à l’exception de l’Italie qui connaît le taux le plus élevé de transmissions familiales vers des femmes.

Les Françaises sont nombreuses à avoir compris que le financement est la clé de la réussite de l’entrepreneuriat. Ces dernières sont 56% à solliciter un emprunt bancaire, soit 3 fois plus que les Britanniques et 2 fois plus que les Allemandes.

Enfin, les réseaux professionnels impactent très peu leur décision d’entreprendre. Seulement 16% des Françaises mobilisent ces réseaux, contre 37% des Britanniques.