Actualités
22 mai 2017

Catherine Touvrey, Directrice générale d’Harmonie Mutuelle : « Il y a un vrai sujet autour de l’égalité H/F et des lignes à faire bouger”

Catherine-Touvrey
  • Quel est votre parcours professionnel ?

 J’ai été diplômée de l’ESC Reims en 1991. A la sortie de mes études, j’ai passé 3 ans à la Fédération des Mutuelles de France, puis 20 ans dans le groupe Macif, au sein duquel je peux dire que j’ai exercé tous les métiers de l’assurance, jusqu’à devenir Directrice générale déléguée en charge des métiers, en 2013. Enfin, en septembre 2015, j’ai rejoint Harmonie Mutuelle en tant que Directrice générale déléguée. J’en suis désormais Directrice générale depuis juin 2016.

 

  • Que mettez-vous en place au sein d’Harmonie Mutuelle pour favoriser la parité et mettre en valeur les carrières féminines ?

 Ce n’est pas seulement une boutade, je commence par mettre au féminin les fonctions : j’insiste donc sur ce point quand on me présente en tant que Directeur général au lieu de Directrice générale. Chez Harmonie Mutuelle, nous sommes tous convaincus que la diversité est un gage de qualité. Et puis en tant que mutuelle, nous sommes avant tout des acteurs au service de l’intérêt général. Avec 80% de femmes dans nos effectifs, nous travaillons beaucoup sur la sensibilisation aux stéréotypes de genre. Pour ma part, je n’accepte plus de regarder des candidatures à des postes de direction s’il n’y a pas de femmes dans le panel. Ce n’est pas toujours évident car, pour vous donner un exemple, les postes de Directeur du développement sont très prisés par les hommes et beaucoup moins des femmes, il faut donc aller les chercher, détecter les potentiels. L’égalité des salaires est également un sujet prioritaire chez Harmonie Mutuelle, nous avons d’ailleurs mis en place un indicateur de suivi des écarts. Ce sont plus de 10% du budget de notre campagne salariale qui y sont consacrés. Pour finir, les questions d’équilibre vie professionnelle/vie personnelle sont au centre de nos préoccupations, il en va de même pour la qualité de vie au travail.

 

  • Pourquoi Harmonie Mutuelle a-t-elle choisi de soutenir les Trophées des Femmes de l’économie ?

 Nous avons découvert l’initiative des Femmes de l’économie grâce à Frédérique Plasson, qui a rejoint la Direction Sud-Est d’Harmonie Mutuelle en octobre dernier, et qui a été lauréate des Trophées les Femmes de l’économie en région Rhône-Alpes en 2013. Cela nous a paru assez évident de nous associer à ce projet, vis-à-vis de notre politique interne mais aussi par rapport à notre activité principale, qui est d’accompagner les entreprises dans leurs responsabilités. Avec 55 000 entreprises clientes recouvrant 62 branches professionnelles, il était naturel pour Harmonie Mutuelle d’accompagner et de mettre en lumière des parcours féminins remarquables dans tous les domaines d’activités. De plus, l’ancrage dans les territoires des Trophées les Femmes de l’économie est une dimension qui a du sens pour nous, car elle correspond à la vision régionalisée d’Harmonie Mutuelle. Enfin, nous souhaitons porter un modèle d’exemplarité à travers ce partenariat : il y a aujourd’hui un vrai sujet autour de l’égalité homme-femme et des lignes à faire bouger. Chez Harmonie Mutuelle, nous n’avons pas attendu l’application de la loi Copé Zimmermann pour avoir 40% de femmes au conseil d’administration !

 

  • Vous avez vous-même remporté un Trophée, celui de la femme dirigeante décerné par « Les Trophées de la femme dans l’assurance » l’an dernier. Que vous a apporté cette récompense ?

 Je l’ai vraiment fait pour les autres femmes, à la fois dans l’entreprise mais aussi à l’extérieur. Au fur et à mesure des années, je me suis rendue compte à quel point il était important d’avoir des exemples pour les femmes qui osent moins, qui se posent beaucoup de questions sur les sacrifices qu’il faut faire lorsque l’on accepte un poste de dirigeant. A travers ce Trophée, je voulais attester du fait que l’on peut réussir sa carrière tout en trouvant l’équilibre. A titre personnel, cette récompense m’a apporté beaucoup de joie et je ne regrette pas du tout d’avoir candidaté lorsque mon Président me l’a suggéré.

 

  • Auriez-vous un message d’encouragement pour toutes les femmes qui souhaitent se porter candidate cette année aux Trophées des Femmes de l’économie ?

On dit généralement que les femmes n’osent pas se mettre en avant parce qu’elles sont trop modestes. Dans son livre Choisissez tout, Nathalie Loiseau explique que cela est dû au contraire à un excès d’orgueil ! Les femmes ont trop tendance à penser que l’on viendra les chercher, capitalisant sur leurs compétences et leurs qualités. Mais la vie en entreprise ne se passe pas comme ça. Les opportunités se provoquent. J’ai donc un seul message à faire passer : ne vous posez pas de questions, saisissez toutes les opportunités de démontrer que l’on peut être une femme et réussir sa carrière sans pour autant sacrifier sa vie personnelle.

 

© Sylvie Humbert