Actualités
16 juillet 2015

Entretien avec Myriam Keita-Brunet à propos des réseaux féminins

Une récente étude, réalisée par HEC au Féminin, l’IPSOS, et le Boston Consulting Group, a montré que femmes et hommes ne réseautaient pas de la même manière. Cette étude a mis en lumière le fait que le développement d’un réseau était surtout à l’agenda des hommes. Nous avons donc souhaité interroger Myriam Keita-Brunet, Présidente du réseau Inform’Elles et de Training Angel, afin qu’elle nous éclaire sur ce sujet.

Les Femmes de l’économie : Aujourd’hui les femmes sont encore trop peu nombreuses à pousser la porte d’un réseau pour y rencontrer leurs pairs. Pourquoi ?

Myriam Keita-Brunet : Avec tous les réseaux qui existent au sein des entreprises, qu’ils soient féminins, ou bien mixtes, on ne peut pas dire que les femmes ignorent leur existence et leur importance pour développer leur carrière et échanger avec leurs homologues. Cependant, malgré cette prise de conscience, beaucoup de femmes n’osent pas se présenter à un réseau ! Parmi les freins constatés : l’identification du réseau. En effet, il est d’abord difficile de savoir à quel réseau se présenter. Une fois le choix du réseau arrêté, il n’est pas aisé de se présenter seule lorsque l’on ne connait personne. Enfin, beaucoup de femmes ne prennent pas le temps de réseauter ! Ou bien, lorsqu’elles décident de passer à l’action, il est déjà trop tard : notamment lorsqu’elles sont à la recherche de nouveaux clients ou à la recherche d’un emploi. Il est clair que ce ne sont pas les démarches idéales pour construire son réseau car cela demande du temps et doit s’inscrire sur le long terme.

Les Femmes de l’économie : Le réseau féminin Inform’Elles a été créé il y a maintenant 5 ans, avez-vous relevé des changements dans l’envie et la faculté des femmes à « réseauter » au fil du temps ?

Myriam Keita-Brunet : Je peux vous donner mon retour d’expérience pour un réseau féminin. Chez Inform’elles, les femmes viennent plus facilement frapper à la porte du réseau car nous avons gagné énormément en notoriété. Aujourd’hui, le réseau Inform’Elles est mieux connu et bénéficie de davantage de visibilité grâce à notre commission de Visibilité & Media qui gère notre partenariat et nos interventions au Salon des Solutions RH notamment. Cela permet aux femmes de venir me rencontrer et de bénéficier d’un accueil direct et permet de briser la glace plus facilement. Les femmes arrivent également de plus en plus par cooptation. Parce qu’elles ont des connaissances qui leur ont parlé du réseau, et qu’elles ont déjà des relations à l’intérieur de ce réseau, elles y entrent plus facilement.

Réseauter n’est pas une chose difficile mais cela dépend énormément de l’environnement interne du réseau. Bien qu’Inform’Elles soit devenu plus « exigeant », nous ne sommes pas pour autant élitistes ! Nos membres doivent être proactifs et doivent partager nos valeurs. Par exemple, on demande à chacune de nos membres d’oser se mettre en avant, en participant aux conférences du Salon des RH, en s’entraînant à la prise de parole en public avec notre partenaire Teleressources, en animant un Web Training Coffee ou bien en apportant son expertise sur la plateforme collaborative du réseau développée par Aptilink. Chacune de nos membres peut donc trouver sa place.

Les Femmes de l’économie : Pouvez-vous nous en dire davantage à propos des Web Training Coffees ?

Myriam Keita-Brunet : Les Web Training Coffees sont des sessions interactives à distance que nous proposons aux membres de notre réseau. Cela permet aux individus qui n’ont pas forcément le temps de se déplacer de pouvoir assister au rendez-vous tout en mettant en avant des experts, qui ne sont pas forcément sur place. Nous avons développé en parallèle les Training Coffees, qui ont lieu tous les deux mois, de midi à 14h à Paris et à Lyon. Ces derniers traitent de thématiques choisies à l’avance et permettent à des petits groupes composés d’une dizaine de personnes de débattre sur des sujets divers. Le dernier en date : « Formations certifiantes, qualifiantes, VAE, CPF… Quelle place et opportunités pour les consultantes/formatrices indépendantes ? ».

Ce concept rencontre un public enthousiasmant et nous pousse à continuer à développer les Training Coffees en Rhône-Alpes, notamment en Isère, en région PACA, à Bordeaux et à Toulouse. Nous recherchons d’ailleurs nos co-animatrices pour ces régions !

Les Femmes de l’économie : Le 22 mai dernier, vous avez organisé un Webinaire RH Business Partner intitulé « prouver le ROI du développement RH et des compétences ». Quels sont les défis des professionnels RH ?

Myriam Keita-Brunet : Les professionnels RH doivent encore prouver l’idée selon laquelle l’investissement en formation (et donc en capital humain), offre de réels débouchés pour l’entreprise. Ils doivent justifier leurs actions de formation. Cela était d’ailleurs la préoccupation principale de nos membres lorsque nous avons créé Inform’Elles. Les entreprises souhaitent majoritairement remettre l’humain au cœur de la performance, mais elles n’ont pas les preuves que le développement des compétences est un investissement, et non une charge. C’est la raison pour laquelle grâce au réseau IFM et à un pool d’experts financiers, nous avons développé une méthode innovante permettant de valoriser financièrement et extra financièrement le capital humain (et notamment par la formation) : la méthode ACTE.

Cette méthode, commercialisée via le Cabinet TRAINING ANGEL apporte des outils simples (tableaux de bord, plan d’actions sur trois ans, etc.) qui permettent aux RH et aux responsables financiers de développer leur complémentarité. Grâce à des indicateurs, à la fois qualitatifs, quantitatifs et financiers de la performance sociale et économique, les responsables financiers et les RH peuvent parler d’une même voix. La méthode ACTE est souvent la bienvenue dans les entreprises (déjà 20 entreprises nous font confiance), car elle apporte de véritables solutions aux problématiques de valorisation du capital humain.

***

Vous pouvez retrouver le réseau Inform’Elles en vous connectant sur le blog (http://reseauinformelles.wordpress.com). Deux types d’adhésion sont proposés : une première qui permet aux curieuses de découvrir le réseau en participant à quelques sessions (40€ par session), et une autre pour celles souhaitant s’investir pleinement dans Inform’Elles et qui permet une participation à toutes les sessions, aux sessions virtuelles, ainsi qu’à la plateforme collaborative (120€ l’année).

Tout savoir sur les origines et les bénéfices de la méthode ACTE en deux minutes chrono : www.youtube.com/watch?v=Eoyx1BRbdSA

Keita-brunet_Myriam_InformElles