Actualités
27 juin 2017

Les femmes agricultrices, premières victimes du burn-out

 

Le burn-out se caractérise par un état d’épuisement général, lié au milieu professionnel. Les batteries sont vides et l’on n’est plus capable de récupérer sur de courtes durées. Ce syndrome d’épuisement s’accompagne d’une série de symptômes, tels que l’insomnie, l’isolement, l’irritabilité, l’anxiété, la perte de mémoire ou encore l’hypertension. Au départ associé aux catégories professionnelles au contact de l’humain, il est désormais reconnu qu’il touche tous les types d’emplois, dans tous secteurs d’activités confondus.

Mais qui sont ses victimes ? Où travaillent-elles ? Dans quelles régions vivent-elles ?

L’enquête menée par le cabinet Technologia auprès de 1000 actifs a permis de lever le voile sur le portrait type des personnes exposées au burn-out.

Contrairement aux idées reçues, la victime toute trouvée du burn-out ne serait pas le jeune cadre urbain sujet au stress, mais plutôt la femme mère de famille, quinquagénaire et travaillant dans le monde de l’agriculture.

Les femmes agricultrices, premières exposées au burn-out

Ce qu’il faut retenir

Plus de 3 millions d’actifs seraient exposés au burn out en France.

Parmi eux, 21% des femmes se sentiraient émotionnellement vidées par leur travail. La plupart d’entre elles ont 50 ans ou plus.

Le nord-est de la France est considéré comme la zone la plus exposée au burn-out.

Largement en tête devant les professions intermédiaires, les ouvriers ou bien encore les enseignants, les agriculteurs exploitants sont 23,5% à se dire soumis à un travail excessif et compulsif.

 


Source : http://www.francetvinfo.fr/sante/psycho-bien-etre/burn-out/infographie-quel-est-le-profil-type-des-personnes-exposees-au-burn-out_573697.html