Actualités
29 mai 2014

Qu’attendre d’un réseau féminin ? Table Ronde du 27 mai 2014

Lors de la belle journée du 27 mai, jour de la cérémonie des Trophées des Femmes de l’économie Aquitaine 2014 au Château Smith Haut Lafitte, plusieurs temps forts ont fait la réussite de ce moment chaleureux et riche de contenu. L’un d’entre eux était la fameuse Table Ronde ayant pour thème les réseaux féminins.

Au cours d’un débat animé par Franck Besson, directeur régional grand sud-ouest de Figaro Classifieds, Karin Barde, Nathalie Dujardin, Wanda Laurent et Guillaume Vasse ont tour à tour présenté le réseau auquel ils appartiennent et qu’ils ont, pour certains, fondé. Chaque histoire, chaque contexte de création, chaque organisation variait d’un réseau à l’autre, accentuant la richesse des échanges.

Wanda Laurent, présidente et fondatrice du réseau L Connect, la première, met en avant l’attractivité que représente Bordeaux pour ses nouveaux arrivants, ce qui explique la nécessité de créer des réseaux adaptés.

« Participer à un réseau et pas seulement y adhérer » complète Nathalie Dujardin, présidente et fondatrice du réseau Drôles d’EntrepreneurEs . Toute sa passion pour les réseaux, à plus forte raison pour ceux féminins, a pu ainsi être exprimée.

Guillaume Vasse, directeur de développement marketing et numérique du quotidien Sud Ouest , en soulignant l’importance du développement du numérique mis au service des réseaux, a notifié un paradoxe intéressant. Pour lui, le numérique est fait pour « faciliter et fluidifier les relations entre membres des réseaux », or ces derniers sont faits pour rencontrer physiquement ses membres. La problématique des rencontres virtuelles se pose : sont-elles véritablement authentiques ?

Puis, Karin Barde, lauréate du Prix Entreprise prometteuse l’année dernière et membre du réseau Entreprendre, a évincé l’idée selon laquelle une femme ne peut tout assumer. Elle cumule les fonctions de chef d’entreprise, femme de réseau et mène une vie de famille. Un emploi du temps bien chargé pour une femme épanouie dans son quotidien. Elle ajoute qu’il ne faut pas « faire du réseau pour faire du réseau. Il faut que le réseau corresponde à une attente réelle. »

Le public s’est montré très attentif et intéressé par ce débat.

En guise de conclusion, chacun des intervenants a brièvement répondu aux questions posées : qu’attendre d’un réseau et qu’atteindre via un réseau ? Les réponses ont été à la hauteur de la qualité de la Table Ronde et de ses acteurs.

1 heure de débat très animé par des intervenants que l’on sentait véritablement passionnés par leur sujet, qui a contribué à faire de l’ensemble de cette journée particulière, un souvenir inoubliable.