Actualités
25 juin 2014

« Métiers de demain, où seront les femmes ? : les Femmes de l’économie PACA répondent !

La journée du 24 juin aura permis à toute la communauté des Femmes de l’économie PACA de vivre de grands moments.

L’un d’eux aura sans conteste été la Table ronde, moment de débats animé par Catherine Ramon, directrice de l’école YES, Young Entrepreneur School, basée à Sophia Antipolis. 100% féminine, cette table ronde a réuni Alix Bibolé-Gardner, chef de projets export de l’IRCE ; Frédérique Greco, déléguée RH en région Méditerranée de GRDF ; Dominique Mouillot, Vice President Business Development d’Assystem, Présidente de WiN France et WiN Europe et Déborah Abbott-Moulin, Mentoring Program Leader au sein du réseau professionnel destiné aux femmes managers, dirigeantes, entrepreneures, ayant une exposition internationale, PWN, Professional Women’s Network.

Un thème propice aux passionnantes discussions : « métiers de demain, où seront les femmes ? »

Dominique Mouillot ouvre le débat en mettant en avant le caractère international de son entreprise, Assystem, auquel contribuent un nombre croissant de femmes. Elle a également pu parler du Prix Fem’Energia mis en place par Assystem, destiné aux étudiantes de tous horizons, pour les inciter à faire carrière dans le nucléaire.

Frédérique Greco poursuit : « les femmes amènent un autre regard » puis illustre ses propos d’un exemple concret : « les femmes de chez GRDF qui interviennent sur une coupure gaz sont moins agressées que les hommes ».

Alix Bibolé-Gardner donne une approche positive : depuis une dizaine d’années, de plus en plus de femmes s’inscrivent pour développer l’export de leur entreprise. Elle cite ensuite l’exemple de l’IRCE qui fait preuve d’une vraie mixité puisqu’il y a 50% de femmes et 50% d’hommes. Elle explique ce constat : « pour les femmes comme pour les hommes, l’ouverture d’esprit est primordiale ».

Quant à Déborah Abbott-Moulin, elle aide la promotion économique des femmes à l’international. En effet, un programme spécifique de PWN les aide à booster leur carrière en ce sens. D’ailleurs, d’après elle, 69% des françaises trouvent qu’il est plus facile pour une entrepreneure de concilier vie professionnelle et vie privée, que pour une employée.

L’animatrice invite ensuite les 4 intervenantes à répondre à la question suivante : quelle place pour les femmes dans l’entreprise de demain ?

Dominique Mouillot rappelle que le manque de confiance en elles est le principal frein des femmes à réussir leur carrière d’entrepreneure. Elle en profite donc pour encourager les femmes à prendre conscience de l’importance des réseaux qui sont là pour leur donner de l’audace et leur permettre d’éviter l’auto-censure. Elle conclue sur une note positive : elle rencontre un grand nombre de jeunes filles pleines d’énergie et d’ores et déjà attirées par l’international. Dominique Mouillot se montre optimiste : « la femme est dans une telle dynamique qu’elle y arrivera ».

Frédérique Greco pense à la partie de la population qui n’a pas accès à l’enseignement supérieur, et que nous ne devons pas oublier. « Nous sommes en marche, mais la marche doit commencer tout en bas » explique-t-elle.

Alix Bibolé-Gardner revient quant à elle sur la question de la parité : « changer la donne n’est pas seulement une question de formation mais d’éducation ». Elle poursuit en citant l’exemple d’une lauréate du prix Femme dans l’industrie des Trophées des Femmes de l’économie d’il y a 2 ans, qui vient d’ouvrir une première filiale de son entreprise au Texas ! Les intervenantes ont toutes reconnu que la France était un modèle en terme de mixité par rapport à l’Angleterre ou encore l’Allemagne.

Déborah Abbott-Moulin l’affirme : « la diversité des genres n’est pas un mouvement féministe mais un mouvement économique ».  Par ailleurs, elle nous apprend que la moyenne d’âge de la création d’entreprise est à 38 ans et coïncide, selon elle, avec la fin de la période de maternité de la plupart des femmes. Les chiffres sont donc avec elles !

« La partie sera gagnée quand il n’y aura plus de décrets d’égalité au sein des entreprises » ajoute Frédérique Greco. Le mot de la fin est pour Déborah Abbott-Moulin qui conclut cette Table ronde ainsi : « n’ayez pas peur d’avancer et de capitaliser sur vos talents ».

La table ronde des Femmes de l'économie 2014

La table ronde des Femmes de l’économie 2014